Partagez
Aller en bas
avatar
Admin
Messages : 35
Date d'inscription : 11/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Nuit polaire

le Lun 22 Jan - 20:53

Avec trois couches de vêtements sur le dos, je trouve quand même le moyen d'avoir froid. Après tout, je suis habituée au désert donc l'environnement me change du tout au tout. En plus des basses températures, l'endroit est très humide et je ne sais pas combien de temps il me reste avant de tomber malade. Je m'étais arrêtée à une auberge non loin de la forêt pour dormir et il m'avait certifiée que si je suivais le tracé qu'ils m'avaient dessiné sur un bout de papier, je trouverais la source du coin. Je crois que je me suis légèrement égarée.

J'ai dû inverser la carte ou les directions. Je commence à croire que je n'aurais jamais dû sortir de mon temple mais ce qui bouillonne en moi me rappelle pourquoi je suis partie. J'essaie de gérer le froid et la douleur que la lutte me fait endurer et je commence à peiner. Je ne saurais même pas revenir sur mes pas.

J'espère vraiment que je pourrai m'apaiser. Les pôles sont les lieux les plus riches en énergie spirituelle, peut-être arriverai-je à leur parler, peut-être qu'ils m'écouteront. Du moins, j'espère qu'ils en ont encore les forces. Tous les jours, je suis les protocoles que l'on m'a enseignés. Ils ont déjà si peu de soutien, je ne peux pas me permettre de faillir à ma tâche.

Je lève les yeux et regarde le ciel étoilé, j'aperçois le bout de mes cils légèrement blanc. Le jour ne se lève plus depuis quelques semaines ici, ce qui m'angoisse. Après tout, je ne vois plus très bien, je suis perdue, je ne sais pas sur qui ou quoi je pourrai tomber. Une boule se forme dans ma gorge quand mes souvenirs refont surface.

Je me force à avancer et tente de me concentrer sur mon environnement. Je prie Thülüm, qu'il m'entende et m'aide à retrouver mon chemin, saine et sauve.
avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 20/01/2018
Age : 25
Localisation : La toundra aux bulles
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Mar 23 Jan - 21:07
Le vent souffle avec force entre les pins enneigée qui me surplombe, je marche dans la neige jusqu’à mi-mollet, la traque entamé depuis trois jours d’une meute de chiens sauvage arrive bientôt à son terme… Ils ne sont plus très loin, Vlad sera content de savoir que son troupeau sera tranquille pour aller dans pâturage au printemps prochain. 

La nuit est une chape de noirceur qui plonge la région dans une ambiance lugubre et rend chaque bruit suspect, néanmoins, certains bruits sont plus reconnaissable que d’autre. Un éternuement résonnait dans la forêt, un éternuement humain… J’accélérais le pas, si un autre humain était bloqué ici… La meute de chiens risquait de lui tomber dessus ! 

Ma tenue de garde forestier, offerte par l’administration territoriale de Thoël, était conçue pour être le plus pratique possible. Une variante du treillis militaire standard modifié pour être isolant et posséder un maximum de poche et de couleur neige/forêt, le visage était lui protégé par une parka à capuche, un bonnet et une écharpe. J’essayais de trouver l’origine du bruit, j’avais abandonné l’idée de rester discret vu le risque pour l’inconscient promeneur d’être coincé par les animaux sauvages. 

Après plusieurs minutes de course à travers la neige, j’étais en nage, essoufflé, ma condition physique bien qu’affûtée par cinq ans de vie à la dure n’était pas apte à supporter longtemps mon traitement forcé pour retrouver ma cible. Je finissais enfin par apercevoir l’origine de l’éternuement… Une adolescente avançait dans la neige visiblement inconsciente des chiens affamés qui approchaient derrière elle. Bon sang…

J’épaulais la carabine de chasse noir mat confié par l’ATT (administration territoriale de Thoël), simple variante de la carabine de combat C-5 de l’armée régulière. J’avais genou à terre pour une meilleure stabilité et l’œil dans la lunette, je pris trois secondes pour aligner dans le réticule de viser le chien le plus proche de la jeune fille… J’actionnais la détente lentement en expirant et presque en me surprenant le coup parti dans un coup de tonnerre et un flash d’un millième de seconde et le loup visé s’effondrait dans un couinement. 

« Ne reste pas là fillette ! Viens par là ! » Je lui criais pour la faire bouger vers moi alors que j’actionnais le verrou de ma carabine pour chambrer une nouvelle cartouche dans le canon et prendre un deuxième chien pour cible. 

Un second chien fut arraché à la vie, une nouvelle douille fumante rejoignis la neige immaculé, le cliquètement du verrou se rechargeant… Encore trois cibles en éventail devant moi et derrière l’adolescente.
avatar
Admin
Messages : 35
Date d'inscription : 11/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Mar 23 Jan - 22:00

Je commence à geler, littéralement. Je crois qu'en termes de mauvaises idées, je dois détenir la palme d'or, mais je sais qu'ils ne m'abandonneront pas. Ils n'abandonnent jamais, ils metteront forcément quelque chose ou quelqu'un sur mon chemin. Je me remets alors à prier, joignant les mains sous mes manches et récitant les psaumes que je connais par coeur à voix basse.

Une détonnation me fait sursauter et lâcher un cri, suivie d'un couinement de chien. Paniquée, je regarde autour de moi mais n'arrive pas à bien détailler ce qui m'entoure. Je plisse les yeux, espérant affiner ma vue, sans grand succès. J'arrive à distinguer un cadavre d'animal et des corps bouger non loin de moi.
À plus longue distance, je n'arrive plus à distinguer les formes. Je sens l'odeur de calcination des poils et de la chair et masque alors mon nez et ma bouche pour ne pas que l'odeur de mort ne m'atteigne. J'entends les grognements de bêtes et je sais alors que je ne suis pas en bonne posture. La chose en moi s'emballe, voulant à tout prix s'exprimer, mais je la retiens comme je le peux, la laissant bourdonner interminablement à l'intérieur de ma tête. Par delà toute cette cacophonie qui m'assourdit, j'arrive quand même à distinguer une voix humaine, qui, du moins de ce que je comprends, me hurle de me m'approcher d'elle.

Je n'ai pas le temps de décrypter tous les mots que mes jambes obéissent instantanément. Je me dirige comme je le peux avec le souvenir de l'origine de la voix, entendant les bêtes, excitées derrière moi. Je n'ai pas l'habitude de courir aussi vite alors mon coeur s'emballe et mes poumons s'enflamment mais je décide de continuer pour autant, après tout, si je m'arrête, je meurs. Je n'ose pas me retourner pour voir combien sont à mes trousses ni combien de mètres nous séparent, mais l'adrénaline me stimule en me faisant sentir leur souffle chaud sur mes jambes, pourtant bien vêtues. Avec la panique grandissante, je sens ma magie s'agiter de plus belle mais j'arrive enfin vers mon sauveur, que je dépace de quelques mètres, n'arrivant pas à m'arrêter instantanément.

Je m'effondre par terre, complètement essouflée, ayant mal au ventre à me plier en deux. Je laisse enfin ma douleur et ma fatigue s'exprimer puisqu'instinctivement, je sais que je suis désormais en sécurité.
J'avais raison de croire qu'ils veillaient sur moi. Même si je sais qu'il faudra que je me relève, qu'on reparte pour ne pas nous retrouver dans une nouvelle situation identique, je n'arrive plus à bouger et les sanglots font secouer violemment mon corps. Je n'arrive même pas à le remercier, ma voix complètement étouffée par cette boule coincée dans ma gorge.


Dernière édition par Taya Holt le Mer 24 Jan - 19:42, édité 1 fois
avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 20/01/2018
Age : 25
Localisation : La toundra aux bulles
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Mar 23 Jan - 23:29
« BOUM ! » « CLIC CLAC ! » « BOUM ! » « CLICL CLAC ! » « BOUM ! » Alors que la fillette court dans ma direction aussi vite qu’elle semble le pouvoir, terriblement trop lentement à mon goût, les tirs s’enchaînent. Les chiens sont affamés et désespérés, ils sont prêts à risquer la mort pour manger, même des êtres humains. Heureusement, étant en hauteur par rapport à la fillette, je parviens à toucher chacun des trois derniers chiens… La jeune fille ses écroulé derrière moi en sanglotant, si elle n’avait pas été là, j’aurais sûrement pris les âmes des animaux, mais je ne peux prendre ce risque avec un témoin. 


Mon campement est à quelques heures de marche, mon foyer deux jours plus loin… Je m’approche de la fillette en rangeant en bandoulière mon arme après l’avoir rechargé. Je tâte le front de la pauvre enfant, elle est brûlante, depuis combien de temps elle marche comme ça ?… Pas le temps pour les questions. Je la soulève dans mes bras, heureusement qu’elle ne pèse pas bien lourd, même avec ses vêtements épais semble t’il. 

« On va rejoindre mon campement et ensuite ma maison… Vous êtes très loin de la moindre trace de civilisation par ici. » Je lui dis, espérant qu’elle comprend encore ce que je lui dis.

Je trottine avec mon paquet dans les bras, je dois faire attention aux racines traîtresses des pins, couvert de neige, ils font des pièges qui peuvent être mortels. Je sens mes pieds qui s’engourdissent après une heure de trottinement, je reprends la marche. Je suis haletant et l’air froid me brûle les poumons, je jette un œil à la fillette, elle semble encore respirer.

« Allez, pas de connerie, tu ne me claques pas dans les bras.
 » Je lâchais pour me donner plus du courage à moi-même de continuer. 

Je marche lentement, j’ai monté mon campement dans une petite grotte au niveau d’une falaise qui est couverte par les pins d’un bosquet éloigné par une plaine du reste de la forêt. Je reconnais peu à peu mes balises, entailles de bois dans les pins ou simple bout de bois planter dans le sol gelé et finit par reconnaître le bosquet que je dois atteindre… 

« Allez Tyr, encore un effort, on va y arriver et retourner chez nous... » Je me murmure à moi-même pour me motiver malgré la douleur sourde dans mes mollets et ma gorge à vif. 

J’atteins dans un dernier effort la grotte et dépose la fillette près d’une paroi. Je place une plaque de toile pliable à l’entrée de la grotte pour conserver la chaleur de la grotte de quelques mètres de profondeurs. Je me jette sur le bois disposé en un petit tas prêt pour être enflammé et je sors mon briquet à essence de ma poche de torse après plusieurs tentatives de mes doigts gelé… Allez !!! Oui ! Le briquet s’allume, offrant une lumière dorée dans l’obscurité de la grotte avant que les flammes ne grossissent quand elles embrasent le bois imbiber d’un peu d’essence. En quelques minutes,le feu prend et offre un peu de chaleur dans la grotte, pendant ce temps, je sors une casserole, l’accroche au-dessus du feu et fait bouillir de l’eau pour préparer un thé à la fillette… Je me penche au-dessus de celle-ci et réussi à attirer un peu son attention.

« Tenez" Je lui met un sac de couchage dans les bras, un peu grand pour elle. « Enlevez vos vêtements et mettez-vous la dedans, je dois faire sécher vos affaires sinon vous aller mourir de froid. » Je lui dis avec un peu d’impératif dans la voix en me retournant pour faire infuser un sachet de thé avec du sucre et de le verser dans une tasse en aluminium et la poser près de la fillette. 

« Buvez ça… Vous êtes déshydraté, vous avez besoin d’eau et de sucre. » Je lui expliquais en enlevant ma parka pour la faire sécher près du feu et faire de même avec mes bottes et mes chaussettes.

Je restais silencieux un instant avant d’ajouter, un peu timidement.

« Je m’appelle Tyr, Tyr Malthaël. Demain, on ira jusqu’à mon chalet et on contactera tes parents pour qu’ils viennent t chercher. » 
avatar
Admin
Messages : 35
Date d'inscription : 11/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Mer 24 Jan - 1:27

Je sens mon corps quitter le sol alors, avec peine, je rouvre les yeux pour essayer de comprendre. J'observe le visage de l'homme en contre-plongée, tandis que je ressens la force de ses bras et de ses mains. Je l'entends me parler mais je n'arrive pas à répondre, mon corps économisant le reste de l'énergie qui me maintient en vie. Je sombre alors dans un sommeil profond, le genre de sommeil pas du tout réparateur mais grandement nécessaire.

On s'arrête et je ne sens plus le vent, alors je me réveille. Je frotte mes yeux avec douceur plus par manque de force que par précaution. Je regarde la paroi rocheuse à laquelle je fais face se colorer de roux et d'ambre à cause du feu que mon sauveur vient de faire. Son ombre tordue par la lumière des flammes me rappelle le rêve d'où je viens d'émerger.

Plongée dans le noir complet, je fais face à un géant aux multiples bras et dont le visage ne comporte ni œil, nez ou bouche, mais renvoie mon reflet quelque peu déformé. Il se penche légèrement vers moi et l'entends me parler. Au départ, je n'arrive pas à comprendre son langage mais très vite, ses mots me paraissent clairs et limpides. Mais la seule phrase qui reste gravée dans mon esprit résonne comme un ordre dans ma tête, me sommant de me laisser aller à ma vraie nature.

Un sac de couchage dans mes bras et une voix grave me sortent de mes réminiscences. Je le fixe droit dans les yeux, cherchant à le sonder, mais je m'exécute presque immédiatement lorsqu'il me dit de me déshabiller, attendant à peine qu'il se retourne. Je garde néanmoins la tunique qui me fait office de sous-vêtements et qui, protégée de ma pile de vêtement, est presque sèche. Son tissu fin et court ne me permet pas de garder mon corps au chaud alors me glisse dans le sac de couchage comme convenu.

Lorsqu'il m'apporte du thé, je le bois immédiatement, sans le perdre du regard. Grâce à ce breuvage, au feu et au duvet, je me réchauffe relativement vite. Ma gorge se dénoue enfin et je sens ma bouche prête à prononcer les mots qui fusent dans mon esprit. J'attends néanmoins qu'il finisse de parler pour prendre la parole.

- Grâce à Thülüm, je savais qu'il ne me laisserait pas. Merci de m'avoir secourue des loups et du froid, je ne serais certainement plus là s'il ne vous avait pas placé sur mon chemin.

Je lui souris de la manière la plus gratifiante possible avant de boire une gorgée de thé et reprendre.

- Je me présente à mon tour : Taya Holt, Eëmi du temple de Firedell. Inutile d'appeler mes parents, je ne suis plus sous leur responsabilité et je suis ici en pèlerinage. J'ai entendu parler d'une source sacrée dans cette forêt et il me suffisait de suivre les instructions sur la carte pour la trouver. Mais je me suis visiblement perdue.

Je ris doucement de ma bêtise et le regarde avec douceur avant de lui sourire de nouveau.

- Merci beaucoup M. Malthaël. Si je peux faire quoi que ce soit pour vous prouver ma gratitude.

Je finis doucement ma tasse, les doigts et autres extrémités de mon corps enfin désengourdies du froid.
avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 20/01/2018
Age : 25
Localisation : La toundra aux bulles
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Mer 24 Jan - 21:39
La chaleur des flammes est un délice pour mes pieds gelé par l’humidité et le froid de la neige. J’écoute la jeune femme m’expliquer sa présence et son nom avec attention. Une source sacrée ? Je suis tombé sur une religieuse, géniale ! Enfin, au moins elle est polie. j’attrapais mon sac et me mit à fouiller dedans en le posant sur mes jambes.

« J’ignore totalement où se trouverait votre source sacrée… Vous devez parler de la source d’Ashëal, mais c’est carrément plus loin, à plusieurs heures de véhicule tout terrain. Vers l’ouest, donc pas du tout par là où vous alliez en fait… Enfin bref. » Je dis en réfléchissant tout en farfouillant dans mon sac.

J’en sort des sandwich à chauffer recouvert d’aluminium et les posent dans les braises des flammes.

« Vous n’avez pas à faire quoi que ce soit pour me remercier. Je suis garde forestier, les chiens sauvages qui vous ont attaqué était dangereux pour les troupeaux d’un berger du village le plus proche, je les traquais. » Je lui révélais. 

Je sortis avec mes gants les sandwich des braises et les déballaient de l’aluminium laissant fumer leurs odeurs de viandes chaudes et de sauce. J’en mis un devant la jeune femme et croquais dans le mien avec joie, prenant le temps de mâcher avant de reprendre en avalant ma bouchée. 

« Vous auriez dû prendre le temps de vous renseigner, y a souvent d’autres types qui veulent partir dans la zone sauvage du cercle polaire. Vous auriez voyagé plus en sécurité. Cela dit… Avant de faire quoique ce soit, on va déjà vous ramener à la civilisation une fois que vous serez reposé. Je vous amènerais au chalet et je contacterais l’ATT. » Je lui expliquais pour la rassurer. « Vous êtes sûr d’être majeur hein ?… Je ne veux pas être blessant, mais vos êtes plutôt menu. » Je dis avec un peu de gêne, mais voulant vraiment être fixé su ce détail. 

Je restais près du feu en laissant le sifflement du vent glacé contre la toile qui couvrait la grotte, rythmé le silence s’installant alors. Je sortis une serviette de mon sac et m’en servis comme couverture de fortune, préférant laisser le sac à la jeune femme… Ou fille. Maintenant que j’y pensais, cela faisais un moment que je ne m’étais pas retrouvé ainsi… À devoir veiller sur quelqu’un. La solitude était mon quotidien, mais un quotidien agréable.
avatar
Admin
Messages : 35
Date d'inscription : 11/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Mer 24 Jan - 23:04

J'écoute alors ce que M.Malthaël me dit avec attention. Il ne me semble pourtant pas que l'endroit que je cherche soit si loin.
Je réfléchis alors et sors du sac de couchage pour récupérer mon calepin contenant toutes les informations que j'avais récupérées à l'hôtel. Je fais tomber mon portable, inutile ici par manque de réseau, si bien que j'ai oublié de le recharger avant de reprendre la route. Je grimace alors sous le bruit que fait l'appareil sur la dalle rocheuse et m'empresse de le ramasser afin de vérifier que je ne l'avais pas cassé.

L'homme pose devant moi un sandwich que je n'ose pas trop toucher. Après tout, je n'avais pas très faim et ce n'était pas moi qui avait fourni le plus d'efforts, je décide alors de le lui redonner avec un sourire poli.

- Vous devez en avoir plus besoin que moi.

Je le regarde manger pendant quelques minutes avant de reporter mon attention sur mes notes. J'ai écrit ici que la source était très petite et cachée par une paroi rocheuse où seraient gravées quelques runes anciennes. Du moins, c'est ce que j'ai lu dans un des livres du temple. Ces bouquins sont assez anciens et peut-être aurais-je dû chercher dans des documents plus récents. Depuis le temps, on ne sait ce qu'il a pu arriver. Je me rends bien compte que le monde est complètement différent de ce à quoi je m'imaginais et à ce dont je me souviens. Même si je ne suis pas très vieille, je suis même assez jeune, je n'ai jamais vraiment exploré en dehors de chez moi, et de nombreuses choses changent assez vite.

- À vrai dire, je ne pensais pas être si loin que ça. D'après mes notes, une toute petite source devrait exister près d'ici mais... Si j'en crois vos dires, elle n'existe plus.

Mes doigts frottent contre le coin des pages tandis que mes yeux se perdent dans les flammes et que je concentre toute mon attention sur sa voix. Je rigole doucement face à ses doutes et son embarras vis à vis de mon âge sans pour autant plisser les yeux, toujours fixés sur le feu dansant devant moi.

- J'ai 23 ans, tenez.

Je me déplace à quatre pattes pour attraper mes papiers glissés dans un pan de mes vêtements. Je n'ai même plus froid tellement le feu joue son rôle à la perfection, mais je ne me risquerai pas à prendre froid alors je m'assieds en tailleur assez proche du foyer pour avoir chaud.

- Vous êtes seul ?

Ma phrase peut paraître ambigüe mais je ne cherche pas à me reprendre. En fait, j'oublie. Le vent me berce et je décide de fermer les yeux, récitant les psaumes et prières intérieurement. Elles résonnent comme des chansons dans mon esprit et me font sourire. Une chaleur grandit au sein de mon buste mais est très vite rabrouée par une vive douleur que j'essaie de faire taire en y posant ma main, préférant me concentrer sur mes récitations intérieures.
avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 20/01/2018
Age : 25
Localisation : La toundra aux bulles
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Jeu 25 Jan - 20:50
Je suis en train de me reposer quand la jeune femme me tend ses papiers… Que je lui rends avec un sourire gêné. En effet, ce n’est pas une fillette. La question qui suivit parcontre me surprit. J’allais lui répondre, mais quand je tournais mon regard vers la petite femme, je compris qu’elle devait méditer, une main sur son buste… Je me rallongeais sur mon sac en guise d’oreiller, laissant la jeune femme se reposer à sa façon, j’étais pour ma part plus terre-à-terre. 

Le lendemain matin, les vêtements étaient plus ou moins sec, ce faisant, je réveillais la petite dame en remballant les affaires qui traînaient. Si je n’avais pas de chance, nous mettrons deux jours à rentrer à mon chalet. Nous débutons donc une marche plus paisible malgré la nuit encore présente, la neige se faisait peu à peu moins dense alors que nous sortions du bosquet, une heure de marche nous amenaient à une petite route, même pas bétonnée, mais les traces de pneus attestait un passage, peu, mais un passage. 

Nous avons suivi la route de terre gelée parle froid durant une heure de plus, emmitouflé dans nos chauds vêtements… Je commençais à penser que personne ne passerait quand un klaxonne résonnait dans notre dos avec un bruit de moteur ancien. Je me retournais avec un grand sourire. Le vieux tout terrain cabossé du vieux Jacky s’arrêtait à côté de nous. Le vieil homme à la longue barbe drue et grise avec les cheveux en queue-de-cheval ouvrit sa fenêtre.

« Hey Tyr ! Je te dépose avec la fillette ? » Demandait-il joyeusement.

J’acceptais joyeusement et nous prenions place dans la voiture, les sièges étaient usé, le tableau de bord ouvert à certains endroits et le tabac froid imprégnait l’habitacle, mais il faisait bon et sec. La prêtresse était assise à l’arrière. 

« Vous serez chez le garde forestier le plus sympa de la région en moins de deux heures ma petite ! » S’exclamait le vieil homme. 

« Jacky, qu’est-ce que tu fiche dans le coin ?J’acceptais joyeusement et nous prenions place dans la voiture, les sièges étaient usé, le tableau de bord ouvert à certains endroits et le tabac froid imprégnait l’habitacle, mais il faisait bon et sec. Me dit pas que ?! » Je m’exclamais indigné.

« Rien, rien ! Je t’assure… J’ai juste voulu voir un barrage de castors… Mais il était plus là héhé. » Gloussait l’homme.

« Putain Jacky, je t’avais dit de ne pas sortir ta dynamite des caves où tu devais l’enterrer, sang et neige ! Si l’ATT envoie un autre garde forestier que moi, tu vas te faire embarquer manu militari. » Je m’insurgeais du comportement du vieux brigand. 

« Hey… T’inquiètes pas, j’en ai plus de toute façon. » Il jetait un coup d’oeil à la banquette arrière. « Tu l'as trouvé où ? » Demande t’il.

« Elle est en pèlerinage pour trouver la vieille source que tous les vieux comme toi ne cessent de vanter. Elle est perdue, alors elle à faillis y rester. Je vais téléphoner avec le centre en ville qu’il envoie quelqu’un la récupérer. » Je lui expliquai.

« La source n'est pas perdu, jeune ! Faut juste savoir à qui demander. » S’exclamait Jacky.

« Jacky, c’est foireux ton plan. »


« Mais nan ! Regarde... » Il sortait une carte de la région de plus de vingt ans et indiquait un point non loin de mon chalet. « La regarde, normalement, elle est là, elle à juste gelé. » 

Nous avons continué vers mon chalet et moins de deux heures plus tard, je sortais mes affaires du véhicule de Jacky en le remerciant et amenais la prêtresse dans ma demeure. Une grande pièce en guise de salon avec un ordinateur dans un coin et une télé contre un mur, une porte à gauche menait vers la chambre, à droite à la salle de bain et en face à ma cuisine. La déco était sobre, quelques lampes à lave que j’aimais beaucoup pour le côté relaxant, une bibliothèque remplis de roman de fantasy et science fiction sans parler de quelques films en format DVD. J’invitais la jeune femme à prendre place et revins de ma chambre avec une tenue simple un peu grande pour elle pour qu’on puisse laver ses vêtements.
avatar
Admin
Messages : 35
Date d'inscription : 11/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Ven 26 Jan - 18:59
Je n'ai pas beaucoup dormi mais quand le garde forestier me réveille, je me sens tout de même reposée. On rattroupe nos affaires avant de partir. Je ne mets pas beaucoup de temps pour me préparer, glissant mes petits sacs contenant le peu d'effets personnels que j'ai entre mes tuniques. J'aide à faire place nette et on part.

Nous marchons pendant une ou deux heures, la neige se faisant de moins en moins épaisse. Nous ne parlons presque pas, après tout, je passe la plupart du chemin derrière lui, tant ses enjambées sont grandes comparées aux miennes. Je fatigue mais essaie de ne rien montrer.

Un klaxon au loin retentit et je sursaute, manquant de perdre l'équilibre. Un homme grisonnant parle avec M.Malthaël et je me contente de suivre, sans rien dire mis à part un timide salut formel. La voiture démarre et toute mon attention se focalise sur le décor qui défile, préférant de pas tendre l'oreille sur leur conversation qui ne me regarde pas.

Le moteur s'arrête. Je cligne des yeux et suis du regard les mouvements du garde forestier. Je le suis et sors du véhicule, remerciant à mon tour le conducteur. Le vrombissement de l'automobile s'éloigne tandis que nous entrons chez M.Malthaël.

Je détaille la décoration intérieure sans vraiment le vouloir, plantée droite comme un piquet au milieu du salon, attendant que l'homme revienne. Il revient avec des vêtements qu'il me tend, m'invitant à les enfiler et à abandonner mes tuniques.

Par politesse j'accepte et change de pièce pour changer mes vêtements. Je commence à me déshabiller et j'hésite. Je n'ai pas vêtu d'habits banalisés depuis tellement d'années. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai cette stupide impression de trahir ma religion. Après tout, mes tuniques sont toutes sales mais... Je n'arrive pas à me lancer.

Après de longues minutes j'enfile mes vêtements temporaires, les larmes me montant aux yeux et débordant le long de mes joues. Pourquoi il fallait que cela m'arrive. J'étais tellement bien... Firedell, mon temple. J'y étais tellement bien... Mais si quelqu'un se rend compte que la magie de nécromancie brûle en moi... Tout s'arrêterait.

Je peine à me calmer. Je ne sais pas depuis combien de temps je suis enfermée, alors je décide de finalement sortir de ma cachette,
Les yeux et joues toujours un peu rouges. Je me mets dans un coin de la pièce, attendant je ne sais quoi.
avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 20/01/2018
Age : 25
Localisation : La toundra aux bulles
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Dim 28 Jan - 11:39
Je me suis affairé à préparer la chambre pou que la jeune femme puisse y dormir le temps que l’AAT me donne une réponse sur ce que je dois faire. D’ailleurs, je dois les contacter après. J’ai quitté la tenue de garde forestier pour tenue plus confortable de « civil » un jean, un pull à col en laine. Je reviens dans la salle après avoir préparé un thé pour la prêtresse et m’être fait un chocolat chaud. 

C’est quand je pose sur la petite table basse face au canapé les deux tasses que je constate que les yeux de la jeune femme sont rougis et qu’elle semble un peu… Perdu. Je l’invite doucement à s’asseoir sur le canapé et lui met la tasse de thé dans les mains en cherchant à savoir quoi dire… Elle est prêtresse au temple de Firedell. Je réfléchis un moment, elle est en pèlerinage dans un coin paumé, pour une source paumé qui d’après la légende que les vieux racontent dans le coin, serait capable de laver de tout mal. Elle n’avait pas de raison de venir ici… Y’a pas grand-chose qui fasse peur aux gens à ce point à moins… Non impossible, peu probable qu’une utilisatrice de la magie de séduction ou plus de la mort comme moi ai pu devenir prêtresse… Donc en procédant par élimination, elle à commis un pêché aux yeux de sa religion. 

La drogue ou l’alcool ? Non, cela n’aurait pas justifié une telle pénitence… Un meurtre ? Pas possible, sans vouloir être vexant, elle ne semblait pas apte à tuer qui que ce soit, néanmoins les apparences peuvent tromper… Ou alors… Soudainement gêné, je me raclais la gorge avant de dire avec apaisement. 

« Euh… Hum… Écoutez, si vous voulez, je suis sûr qu’on peut trouver une solution pour que… Enfin. » Je pris une inspiration. « Si vous avez peur que le temple ne vous rejettent à cause de votre bébé, y’a des association qui peuvent vous aider... » Je dis en me grattant la nuque et tournant la tête. 

Une intuition, néanmoins, me faisait dire que je n'étais pas sur la bonne voie, que quelque chose en elle était bien en cause, mais pas ce que je croyais… Bah, je commençais à chercher le numéro de l’AAT sur mon portable.
avatar
Admin
Messages : 35
Date d'inscription : 11/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Dim 28 Jan - 12:37

Je me laisse me faire installer dans le canapé, une tasse de thé arrivant très vite entre mes mains. Un blanc s'installe tandis que je fixe le liquide onduler sous mes légers tremblements.
Je me prépare à prendre la parole mais il me devance, alors je l'écoute. Je ne le sens pas très à l'aise dès le début de sa phrase et je comprends très vite pourquoi. Un bébé ? Mais...  Je suis décontenancée mais un léger sourire tire sur mes lèvres. Je me racle la gorge discrètement avant de répondre.

- Oh... Non.. Vous vous méprenez, je ne suis pas enceinte.

Un léger rire s'échappe de ma gorge.

- Contrairement aux idées reçues, nous ne sommes pas si archaïques que ça. Nous avons tous et toutes le droit de nous marier, d'avoir des enfants, d'aimer. Mais c'est vrai que, étant donné que nous restons enfermés dans nos temples la plupart du temps et que nous nous vouons entièrement aux Dieux, nous n'en avons pas trop le temps. Mais rien n'est inscrit nous interdisant de nous lier ou d'exprimer nos sentiments amoureux.

L'esprit quelque peu allégé, je lui souris doucement. J'ose boire quelques gorgées de thé avant de reprendre.

- Pardon d'avoir ri, je ne voulais pas me moquer...

Je m'en veux un peu et mes joues se colorent à nouveau de rouge un peu plus intense.

- Si je suis venue ici... C'est simplement pour découvrir le monde et essayer d'ouvrir les yeux, de sensibiliser...

Toujours le mêmeprétexte, mais c'est la seule chose qui me permet de ne pas me révéler. J'espère juste savoir aussi bien mentir en vrai que par message ou téléphone. Je déglutis et replonge mon visage dans ma tasse, comme pour cacher ce qui pourrait me trahir.
avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 20/01/2018
Age : 25
Localisation : La toundra aux bulles
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Lun 29 Jan - 11:06
La jeune femme m’assure qu’elle n’est pas enceinte avec un petit rire de soulagement. Quel idiot je fais, je ris aussi de la situation quelque peu cocasse avant de l’écouter me donner les raisons de son départ de son temple. 

« Je suis désolé, je n’aurais pas dû vous poser de tel question. Je ne suis que garde forestier pas officier de police haha ! » Je glousse pour détendre l’atmosphère. Je reprends plus sérieusement. « Si vous le désirez, nous pouvons aller avec le tout-terrain voir si votre source est toujours gelée, cela vous évitera d’y aller seule et de vous perdre. » Je lui propose.

Le téléphone sonne alors et je m’excuse auprès de mon invité pour aller répondre. J’attrape le combiné accroché au mur près de l’entrer de la maison et entends quasi immédiatement la désagréable voix de ma chef. 

« Malthaël, est-ce que vous avez réglé le problème de chiens dangereux comme convenu ? » Demande sèchement la femme de sa voix rugueuse.

« Oui, madame. Les chiens qui attaquaient les troupeaux sont éliminés comme le prévoyait le protocole en cas de rencontre d’animaux hostiles. » Je répondis froidement.

« Bien, sachez que le prochain ravitaillement de l’administration arrivera dans une semaine. Soyez présent pour signer le reçu des fournitures. » 

« Bien, madame, je serais présent. Je vous informe que j’ai récupéré une prêtresse de Firedell lors de ma traque, elle allait être attaquée par les chiens sauvages… L’AAT peut elle envoyé quelqu’un l'a ramené chez elle ?
 » Je demandais.

« Nous ne sommes pas une mission religieuse, agent Malthaël, qu’elle appel un taxi pour rejoindre Firedell. » Dit la femme avant de raccrocher brusquement.

Je raccrochais le combiné en soupirant avant de revenir vers la jeune femme en lui assurant que lorsque elle aurait visité la source, je la ramènerais à bon port, ou au moins à la gare la plus proche. 
Je bus une gorgée de mon chocolat en faisant quelques exercices de relaxation, cette fichue femme m’énervait à un point encore jamais atteint. 

« Dès que vous le souhaiterez, nous irons chercher la source, j’ai rien de mieux à faire de toutes façons.
 » Je lui dis avec un sourire.
avatar
Admin
Messages : 35
Date d'inscription : 11/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Lun 29 Jan - 19:24

Je souris rêveusement en regardant le fond de thé que je fais danser dans ma tasse. Je savoure ce moment de paix autant que je le peux, comme si le temps était suspendu. Je l'écoute les yeux fermés, laissant mon esprit dessiner sous mes paupières les variations de sa voix.

- Je ne voudrais pas vous dér...

La sonnerie de téléphone rompt toute paisibilité et me fait sursauter. Je le suis du regard alors qu'il part répondre, puis je reporte mon attention sur les sifflements légers du vent. Mes oreilles perçoivent l'agacement dans la voix de mon hôte sans pour autant comprendre ce qu'il se dit. Je serre légèrement la mâchoire, me demandant si je ne suis pas en train de lui attirer des problèmes ou simplement de l'ennuyer.

Il revient finalement et poursuis notre "discussion" comme si de rien n'était. Je garde la tasse vide entre mes mains, le regard fuyant. Je suis en train de me demander si je n'avais pas mieux fait de trouver une autre solution, même extrême, plutôt que de sortir du palais. À cette pensée, je sens la chose en moi brûler. Je me mords la joue intérieure avant de répondre avec un air faussement sûr de lui et un faible sourire.

- Ne vous inquiétez pas. Je ne veux pas être un poids pour vous ou vous attirer de quelconques ennuis. Je pense que le mieux pour tout le monde serait que vous me déposiez à l'hôtel où j'avais fait escale et que je retourne chez moi. Je ne suis pas faite pour voyager et vivre dehors. Tant pis pour cette source, je trouverai un autre moyen.

Je ferme les yeux pour me concentrer et calmer ma douleur comme je le peux à l'aide de psaumes que je récite dans mon esprit.

- Je peux peut-être quand même vous aider un peu pour vous remercier avant de partir.

Je me lève, une main instinctivement posée sur mon ventre, l'autre tenant ma tasse vide et lui adresse un sourire.

- Je peux faire la vaisselle ou n'importe quoi, si vous voulez.
avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 20/01/2018
Age : 25
Localisation : La toundra aux bulles
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Mar 30 Jan - 21:35
e]



Alors que j’écoute la petite femme parler pour proposer son aide le temps qu’elle puisse rentrer à son hôtel… La chaleur baisse de manière lente mais continuelle dans ma maison alors que pourtant, les flammes de ma cheminée crépitent dans leur âtre. Un sentiment pesant s’installe malgré la douceur de mon invité. 

Je me retourne pour regarder vers la jeune femme, elle à la main sur le ventre comme pour couver un enfant, mais, ce que je vois, c’est une ombre qui rôde autour d’elle… Sombre, sanguinaire. Sang et neige ! Elle ne venait pas découvrir, mais s’exorciser ! 

« Vous n’êtes pas venu juste pour un pèlerinage... » Je dis tout bas alors que je peux voir du coin de l’oeil que mon souffle se change en buée. 

Je me remémore mes connaissances en magie, bien peu, juste des sorts et enchantement standards chez les nécromanciens. Je vois l’entité qui me fixe de ses yeux rougeoyant et avide. Je me concentre malgré l’angoisse qui naît de manière inéluctable dans mon esprit. Avec l’aide de mon essence magique, je peux en venir à bout. 

« Je peux vous aider Taya… Je vois ce qui vous possède… Avec votre aide, on peut l’arracher et vous rendre votre vie. » Je dis doucement en approchant lentement malgré l’aura de haine que l’entité produit comme des vagues qui déferlent contre moi et mon esprit. 

Je commence à laisser libre cours à mon essence magique, ma main droite levée vers la prêtresse commence à s’auréoler de flammes spectrales… Typique des nécromanciens. Je croise le regard de Taya et je baisse de honte les yeux.

« Je peux vous aider, je veux vous aider… faites moi confiance. » Je dis doucement.

Hélas, alors que ma main s’apprête à toucher l’épaule de la douce jeune femme, l’entité « mord » ma main avec violence, ne devant ma survie qu’à mon essence me protégeant, je lutte contre l’entité en enserrant ce qui lui sert de tête brumeuse avec mon essence. 

« Vous pouvez prendre le dessus Taya, vous n’êtes pas esclaves.
 » Je dis avec calme en retenant des grognements d’efforts que me demandait la tenue en respect de l’entité.
avatar
Admin
Messages : 35
Date d'inscription : 11/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Mer 31 Jan - 18:34
Je me sens vaciller, je sais que quelque chose ne va pas mais je n'arrive pas à mettre le doigt dessus. Les pensées fusent dans mon esprit, toutes plus sombres les unes que les autres, faisant référence à la solution que je m'étais proposée. La douleur se fait de plus en plus intense, l'envie de m'ouvrir le ventre se fait de plus en plus forte, ne pouvant plus supporter ce qui me brûle.

Et puis je ne vois plus rien, ne sens plus rien. Je sais que je ne rêve pas, je suis consciente. C'est comme si mon subconscient me transportait ailleurs alors que mon corps restait immobile, les yeux plantés dans le vide, inexpressifs. J'ai de nouveau cette sensation d'être scindée en deux et me rappelle des mots que j'avais entendus la veille. Ma "vraie nature". Je frissonne. Je ne peux pas admettre que ça. Cette magie. Ce... démon. Vive en moi. Fasse partie de moi.

Ou alors est-ce moi qui fait partie de lui ?

Face à ce paradoxe, mon esprit, mon corps, plus rien ne répond, tout est lâché, libre, je ne contrôle plus rien, je perds le fil, plus rien n'est cohérent, plus rien ne se répond. Je suis deux choses, totalement différentes. L'une l'inverse de l'autre. Comment je peux continuer comme ça ? Je deviens folle... Je hurle sans savoir pourquoi, de peur, de douleur, de folie, je ne sais plus. Je m'effondre et entends mon corps tomber lourdement. J'ouvre mes yeux et vois enfin.

Je retrouve le sol de la maison du garde forestier, j'entends le crépitement du feu et des bûches en train d'être consommées. Je me recroqueville sur moi-même. Comparé au silence et au noir complet que je viens de quitter, toutes ces informations sensorielles me saturent, m'assourdissent, me font mal... Je plaque mes mains sur mes oreilles et ferme les yeux, commençant à pleurer.

Ce vide. Cette absence de tout. Ce paradoxe, en moi. Je ne sais pas comment continuer avec, vivre avec, être en paix avec... Une rupture s'est faite en moi, je peux la sentir...
avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 20/01/2018
Age : 25
Localisation : La toundra aux bulles
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Mer 31 Jan - 21:17
J’ai lutté avec l’entité, mais elle était trop forte et trop bien enraciner chez la jeune femme… Le combat à fini par nous épuiser tout les deux et je suis tombé dans l’inconscience. Je me suis réveillé avec une douleur à la tête sourde et persistante alors que je me relevais en tremblant légèrement. J’entends les pleures de la jeune femme et la vois aussi recroquevillée au sol et me traîne jusqu’à elle. Je tapote doucement son épaule en cherchant les mots.

« Je suis désolé.
 » Je lui dis doucement en la portant jusque sur le canapé voisin. 

Je réussis à récupérer une couverture et à faire circuler correctement mon essence en moi pour calmer ma douleur spirituelle suite à cette lutte. Je m’assis sur le sol de bois ciré près de la prêtresse sanglotant.

« Il faut que vous appreniez à prendre le contrôle pour réussir à exiler cette entité. Mais il vous faudra apprendre les arcanes interdits... Je suis un nécromancien, mais je n’ai pas les connaissances qu’il faudrait pour vous aider ni la puissance pour. » Je lui dis avant de mettre ma main sur son épaule.

« Je vais vous raccompagner en ville, si vous le voulez jusqu’à votre temple. Je chercherais les connaissances qui seront nécessaires à vous aider. C’est un bon plan, vous ne pensez pas ? »  



Je restais alors près d'elle. Espérant qu'elle puisse se remettre pour aller de l'avant et puisse être aider avant de finir dans une prison pour nécromancien. 
avatar
Admin
Messages : 35
Date d'inscription : 11/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Ven 2 Fév - 20:17

Je tremble de tout mon corps. De peur, de froid et de...
Rage ? J'ouvre les yeux brutalement, le regard planté dans le sien et me jette sur lui, le faisant basculer malgré mon faible poids. Mes doigts s'aggripent à ses épaules.

- Je préfère mourir que de me laisser aller à cette magie !

Mes larmes continuent à couler alors que plus aucun sanglot ne secoue mon corps. Je me redresse légèrement, maintenant assise sur lui, les mains sur le visage.

- Il y a forcément une solution pour m'en débarrasser ! Forcément !

Je crie presque, les ongles se plantant dans mon cuir chevelu tandis que que mes mains s'emmèlent dans mes cheveux. Je le regarde, je vois dans son regard qu'il n'y a aucune échappatoire, même moi, au fond, je le sais. Jamais personne n'a vu sa magie disparaître. Mes bras glissent le long de mon corps, et je reste là, immobile un instant, comme si tout en moi était en pause.

Puis, brusquement, je me relève et me dirige vers la cuisine. Je cherche, je fouille, comme un animal, je n'ai pas la notion de gêne ou bienséance. Je mets enfin la main sur ce que je cherche et ne réfléchis même plus.

- Comment voulez-vous que Zylaith et ses Enfants reprennent des forces avec une prêtresse qui use de la magie de son ennemi ?!
Rester vivante avec ça.... Je ne fais que le trahir... On est déjà si peu alors je ne peux pas corrompre ce qu'il leur reste...

Je pointe la lame vers moi, les mains tremblantes. Malgré ma résignation, je reste bloquée, je n'arrive pas à agir.

- Je n'ai pas le droit de leur faire ça...

Je me trouve lâche... Je m'énerve... Je ne supporte pas... Ne pas agir, c'est comme perdre la foi... Je plante alors le tranchant au niveau de mon ventre. Mais je sais que ma main ne m'a pas obéi pleinement. Elle a dévié. Mon corps lutte contre moi-même et se préserve autant qu'il le peut. J'ai tout raté. Je sais que je n'ai pas atteint quoi que ce soit. Je le déteste, je ne comprends pas pourquoi je ne le contrôle pas. J'ai mal, vraiment mal, c'est sa faute. S'il avait obéi je n'aurais plus eu mal. Je me mets alors à pleurer alors que je glisse sur le sol.

Je me déteste.
avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 20/01/2018
Age : 25
Localisation : La toundra aux bulles
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Sam 3 Fév - 13:16
Je suis surpris par la force avec laquelle la jeune femme réussis à me mettre au sol, il me faut un instant pour me relever, mon corps est encore douloureux. J’arrive à me reprendre alors qu’elle essai de s’éventrer avec un de mes couteaux de cuisine… Heureusement, elle n’y parvient pas et fini par se laisser glisser pitoyablement sur le sol de la cuisine. 

Je me relève et marche lentement vers la jeune femme, arrivée devant elle, je la saisis au col et la soulève en grognant et la force à se maintenir debout. 

« Vous racontez n’importe quoi. » Je lâche sans aucune émotion. « Reprenez-vous, la magie, peut importer sa source ne reste qu’un pouvoir, un outil ou une arme seulement dicter par la volonté de son utilisateur. » 

Je lâche une de mes mains de son col et fait apparaître dans la paume de ma main libre les flammèches spirituelles typiques des nécromanciens. 

« Je suis pourvu de ce pouvoir. Vous ai-je torturé ? Méprisé ? Violer ? Ne vous ai-je pas sauvé la vie alors que rien ne m’y obligeait hormis mes valeurs ? » Je lui laisse un instant pour assimiler mes mots.

Quand je suis sûr qu’elle restera debout, je la relâche totalement. Je me dresse devant elle et reprends ma tirade. 

« La magie ne définit pas son utilisateur, l’utilisateur défini sa magie et ce qu’il en fera. Mon père à fini emprisonné pour avoir usé de la nécromancie pour sauver des vies et si les autorités savaient que je m’exerçais à contrôler ma maie, ils m’enfermeraient sans se poser de question. Pourtant, nous n’avons commis aucun crime envers qui que ce soit. »


Je partis chercher les affaires de la jeune femme que j’empaquetais dans un sac de voyage et sortis les mettre dans mon véhicule. Je revenais dans la maison et indiquais à la jeune femme que j’allais la ramener à son hôtel en ville. 
Je pris place au volant du véhicule tout terrain et mis le contact, faisant rugir le moteur et programmant le GPS du tableau de bord.
avatar
Admin
Messages : 35
Date d'inscription : 11/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Sam 3 Fév - 14:51
Je sens mon corps se soulever et rouvre mes yeux pour les planter dans les siens. Je l'écoute parler, sans réaction, même à la vue des preuves de sa magie. Je sais qu'il a raison, ce serait comme avoir peur de quelqu'un parce que c'est un vampire. On m'a toujours appris à accepter les autres peu importe leur race et leur magie, mais personne ne m'a jamais enseigné l'acceptation de soi.

Il me lâche et commence à s'activer dans la maison et je comprends très vite, même avant qu'il ne me dise quoi que ce soit. Je suis consciente que je l'ai blessé mais je ne sais pas ce qu'il m'a pris, je n'agis pas comme ça, je le sais. Je le suis alors sans un mot. Je n'ose rien dire. J'ai honte et je m'en veux.

Je m'installe dans la voiture et repense à ce qu'il s'est passé. À ce qu'il a dit.

- Je suis désolée.

Je ne m'autorise pas à me laisser aller. Ce n'est pas moi qui suis blessée. Je ne veux pas non plus essayer de me justifier, tout faire pour me trouver des circonstances atténuantes. Je regrette énormément mais je ne veux pas jouer le rôle de la victime.

- Je sais que la race et la magie ne fait pas la personne, j'en ai conscience.

Mon cœur accélère.

- Je ne voulais pas vous insulter, vous avez fait beaucoup pour moi et je vous en suis très reconnaissante.

Je déglutis difficilement pour refouler mes émotions.

- Je n'ai pas été digne de tout ça. Je sais... Enfin je vois que vous n'êtes pas... Que vous n'avez rien fait de mal...

Je repense à ce qu'il s'était passé avant mon départ de Firedell.

- Mais ce n'est pas...

"Mon cas...". Je finis ma phrase de manière presqu'inaudible.

- Je ne vais pas vous faire l'affront de poursuivre et de rester. Je vous remercie pour tout et m'excuse pour ces ennuis.

Et je me tais. Je tente un sourire mal assuré pour ponctuer ma phrase et tourne ma tête vers la fenêtre, tentant de me faire la plus petite et invisible possible.
avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 20/01/2018
Age : 25
Localisation : La toundra aux bulles
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Dim 4 Fév - 11:21
La voiture démarre et la route à peine goudronnée vers la ville de Dahew défile sous les roues de l’engin. J’écoute la jeune femme, elle semble vraiment désolée et je m’en veux un peu de l’avoir mis dans un état pareil… J’entends tout de même malgré le bruit du moteur la fin de sa phrase… Je soupire avant de lui dire calmement.

« Ont fait tous des erreurs. Retournez à votre temple, fait honneur à vos dieux par vos actes et non par ce que vous êtes. Je vais faire des recherches de mon côté, tenter de trouver une façon de faire partir l’entité en vous pour que vous puissiez maîtriser votre pouvoir pour que ce qui a pu vous pousser à votre exile ne se reproduisent plus. » 

Je garde un moment de silence, perdu dans mes pensées alors que peu à peu, nous passons devant les premières maisons qui sont à l’écart de la ville, les premières voitures.

«Le monde à besoin de ses prêtres et prêtresses pour garder en vue les valeurs fondamentales. Vous devez continuer de vous battre, cette histoire de vouloir se suicider, j’espère pour votre matricule que c’est terminé, sinon je vous ramène pour vous engueuler ma tite dame.
 » Je lui dis avec un léger sourire alors que nous entrions en ville.
avatar
Admin
Messages : 35
Date d'inscription : 11/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Dim 4 Fév - 12:11
Je l'écoute en le regardant du coin de l'œil, n'osant pas croiser son regard. Je sens battre mon cœur plus rapidement au fur et à mesure que nous nous rapprochons de la ville. Je me mords la lèvre inférieure, appréhendant mon retour. Et s'ils finissaient par remonter jusqu'à moi ? Qu'est ce qu'il pourrait se passer ?

Voir son sourire me fait fondre en larmes immédiatement. Il a été si bon et si patient avec moi, et moi je l'ai si mal remercié. Je n'ai pas su être digne de ce qu'il a fait pour moi. J'attends qu'on soit à l'arrêt pour lui attraper le bras et saisir sa main entre les miennes, retenant comme je le peux mes sanglots.

- Je ne vous remercierai jamais assez pour votre bonté, votre patience, votre force et votre sincérité. Merci pour tout ce que vous faites malgré l'affront que je vous ai fait...

Mes doigts se crispent autour des siens. Je ferme les yeux et récite des psaumes de bénédiction, incompréhensibles pour les non initiés. Une fois cela fait, je pose mon front sur ses mains pour finaliser mes prières et recule.

- Excusez-moi... J'aurais sans doute dû vous demander la permission... Je ne sais pas si vous croyez ou non... Si vous ne croyez pas, cela doit vous paraître ridicule... Mais... Je n'ai pas grand chose à vous offrir... Mais demandez-moi ce que vous souhaitez et je vous le donnerai sans hésiter.

Je retire timidement les mains que j'entortille entre elles, ne sachant quoi en faire.
avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 20/01/2018
Age : 25
Localisation : La toundra aux bulles
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nuit polaire

le Mar 6 Fév - 20:56
Je laisse la jeune femme terminer son mantra incompréhensible pour moi et retirant lentement ma main pour tapoter son épaule gentiment. 

« Soyez prudente Taya Holt. Ne vous laissez pas enfermer par qui que ce soit et continuer de lutter pour vos croyances. J’espère que nos chemins se croiseront de nouveau sous de meilleur termes.
 » Je lui dis avec un dernier hochement de tête avant de lui donner ses affaires dans le coffre.

Je démarre le véhicule à nouveau, je roule, sans vraiment de but à travers la ville durant un moment. Je pense que ma soirée se finira dans un bar. Je repense à la prêtresse… Seule et désemparé, elle à faillis s’ôter la vie par peur… Combien de personnes, ayant le même pouvoir se retrouvent ainsi dans la peur des gouvernements ? Combien ont préféré le repos éternel auprès d’Ashaed ?… Sang et pierre, combien perdent la raison dans les prisons pour nécromanciens… Je connais déjà la réponse. Beaucoup trop… Mon père. 

Je dois faire quelque chose, mais pas ce soir… Je m’arrête plutôt devant un bâtiment pour y chercher un peu de chaleur et me vider la tête.
Contenu sponsorisé

Re: Nuit polaire

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum